La Pergola

Un endroit paisible

La pelouse et le massif de graminées ont été ravagés par les chenilles de la pelleteuse de l’entreprise Redon qui a refait entièrement l’assainissement de la maison. Des tranchées ont été creusées puis rebouchées laissant le terrain en piteux état. J’ai donc eu l’idée de créer une pergola, un lieu de repos au milieu des fleurs. J’ai aussi décidé de réensemencer en gazon la partie de terrain qui a été mise à nu par les poules et désormais ne servant qu’à l’étendage du linge.

Après plusieurs jours de bêchage, d’arrachage de racines et de mauvaises herbes le gazon a été semé et a levé. Il a fallu en semer plusieurs fois pour compléter les manques pour parvenir à un résultat satisfaisant. Des graminées mises de côté y ont été replantées.

Puis j’ai commencé la construction de la pergola par le creusement de son emplacement. Un décaissement était nécessaire sur ce terrain en pente.

28 mars. Une fois l’emplacement délimité le décaissement peut commencer et être le plus horizontal possible. Les quatre poteaux de 90 mm sont vissés sur des supports scellés au béton.

Après m’être écrasé bêtement le pouce gauche avec l’une des pannes qui enserrent les poteaux la pergola est maintenant terminée dans sa partie supérieure. Au sol une bâche géotextile est posée pour limiter la repousse des mauvaises herbes. Des plots en brique de récupération serviront au support des lambourdes de la terrasse.

20 avril. Du gravier maintient le géotextile. Les quelques lames voilées sont redressées à l’aide d’une sangle.

26 mai. La pergola est terminée. Des fleurs ont été plantées. Il faut maintenant bêcher le terrain et le débarrasser des pierres et des mauvaises herbes. Il faut le décompacter péniblement à la barre à mine. La terre du décaissement servira à égaliser au mieux le terrain avant de semer.

Fin juin. Les plantes ont poussé. Deux vignes se lancent à l’assaut de la pergola. Elles donneront ombre et raisin dans quelques années. Une table et deux chaises incitent au repos. Le gazon a levé mais demande une surveillance accrue à cause de la sécheresse et des températures élevées de cet été 2019.